Un homme aux sept vies et plus encore…

Une gueule d’aventurier comme on les aimait au milieu du siècle dernier…

C-PF-7-247x300 C-PF-8-229x300

Né en 1906, il fut tout jeune animateur du syndicat d’initiative de Chamonix à l’époque de l’Olympiade d’hiver de 1924,  guide de montagne à la plus prestigieuse des Compagnies, tenancier de brasserie, grand résistant, correspondant journalistique en Algérie, écrivain à succès, explorateur de terres hostiles… Sept vies et plus encore! Il mourut bon nonagénaire en 1999.

Nous l’avions rencontré en 1986. Une rencontre de hasard qui vous bouleverse à tout jamais.

Nous préparions notre expédition en Himalaya indien, nous redescendions de la Vallée Blanche où nous avions passé la nuit pour tester notre matériel et au sortir du téléphérique, nous nous étions installés, assoiffés et fourbus, à une terrasse du centre de Chamonix. Soudain était apparu un beau grand vieillard, un homme lumineux qui contempla longuement notre matériel de bivouac (les premières tentes à arceaux et les premiers matelas auto-gonflants) et surtout nos piolets techniques révolutionnaires, nos chaussures en coque plastique et nos crampons à fixation rapide type ski, incroyables cadeaux que nous avait faits notre sponsor principal, la firme Charlet-Moser, à nous alpinistes amateurs du plat pays! Avec ça, on était crédible pour tout Chamoniard, surtout hors saison touristique. On engagea donc la conversation, obligé! Il s’assit et partagea une bière. Bon dieu, si l’époque avait été au selfie, on aurait déchiré. Il y a 30 ans, on n’a même pas pensé à faire une photo, on était tétanisé, on se sentait comme aspiré par son charisme, on était simplement ravi et honoré…

Frison…, c’était Frison-Roche!

Deux ans plus tard, nous sommes allés, mon mari et moi, randonner dans son pays, le Beaufortin, poussés par l’envie de poursuivre le rêve et de mieux connaître les racines de cette légende que nous avions eu l’immense privilège de côtoyer.

Aussi  après le passage cet été du Tour de France dans cette vallée, j’ai eu une irrépressible envie de redécouvrir cet homme mythique. Je suis donc allée récupérer dans notre bibliothèque de montagne l’avant-dernier de ses 35 livres, celui de ses mémoires, Le Versant du Soleil.

s-l300

Et pendant quelques  nuits enchanteresses, j’ai voyagé à l’ancienne, subjuguée par la vie incroyable d’un véritable héros du XXème siècle. Tout y était : le goût de l’aventure de l’époque, l’héroïsme et l’histoire France avec les deux guerres puis l’exode algérien, la saga familiale, la nature sublime et cruelle, l’écologie et l’ethnologie, les montagnes, le désert et les immensités polaires, les témoignages journalistiques, photographiques et cinématographiques… Un Nicolas Hulot puissance 100!

Avec ce talent littéraire, mêlant poésie et souffle puissant, qui en fit un écrivain adulé en son temps, encore présent dans toutes les anthologies de textes français pour ados! Ah, ce sens de l’image quand on étudie la description avec les élèves, lisez plutôt:

Ainsi vous sera découvert un paysage étrange, inattendu, même des alpinistes; les fines aiguilles de protogine semblent animées d’un mouvement démentiel, elles penchent, s’effilent, basculent sur le duvet léger d’un nuage solitaire, et sous elles les rimayes s’ouvrent et se ferment comme une respiration, la montagne inerte devient vivante, et vous percevez les bruits internes de ces glaciers, de ces rocs, la plainte susurrante du vent de neige sur les corniches, le plaquement brusque d’une rafale dans la brèche d’une aiguille, la canonnade métallique des pierres le long des couloirs, le bruit de soie froissée des avalanches, le tumulte des cascades syncopé par les courants d’air alternés et parfois couvrant tous les autres, étouffant même le bruit monotone du moteur de votre avion – ce bruit familier et ronronnant qui laissait deviner le grand silence intérieur -, le craquement de fin du monde d’un glacier qui s’écroule.

036b21d630d76e7426ce6eca21c94ebf--travel-luggage-mont-blanc3653858891692_culture-film-dvd-cordee-1

Petit parisien pauvre et orphelin après la Première guerre mondiale, Frison-Roche trouve une raison de vivre pendant les vacances dans sa famille à Beaufort-sur-Doron. Il y est berger l’été et acquiert pour toujours le goût de la nature. Pas bon à l’école, il soulage sa maman en prenant son envol très tôt. Chamonix l’attire, il y sera à jamais une personnalité marquante, y tenant une brasserie populaire, participant à l’organisation des Jeux de 1924, devenant également le premier guide de la Compagnie à ne pas être natif de Chamonix. Après une vie d’aventures, il y reviendra, faisant construire son chalet côté Brévent, le versant du soleil avec vue totale sur le massif du Mont-Blanc .

577699_mediumIl partit en Algérie avec sa petite famille, devenu alors journaliste. Le Sahara le subjugue, il y fait des méharées d’exploration avant et après la Deuxième guerre, pendant laquelle il est fait prisonnier puis devient résistant dans le maquis du Beaufortin, absent pendant plusieurs années de l’Algérie où il avait laissé son épouse et ses enfants… Il revient et poursuit ses traversées du Sahara, escaladant des sommets vierges et inconnus. Mais les temps changent et il décide d’abandonner cette terre chérie avant le déchirement final. La famille s’installe à Nice puis finit par revenir à Chamonix. Leur fils aviateur meurt lors d’un vol d’essai. Entre temps, le Sahara a fait place aux grandes solitudes polaires, et là encore Frison, lors de plusieurs expéditions, se fait explorateur et ethnologue.

Mais cette vie ne l’empêche pas d’écrire, elle nourrit sa vocation de conteur : Premier de cordée, La Grande Crevasse, Retour à la montagne et tous ses récits sahariens et polaires font de lui un immense écrivain d’aventures. 35 livres. Et beaucoup de best-sellers…

bm_CVT_Mont-Blanc-aux-sept-vallees_1429 djebelamour_ntlg4vzx 7292590 232089_medium

3588337-diaporama peuples-chasseurs-de-l-arctique-nahanni

« Premier de cordée » deviendra un film tourné en pleine occupation, dans des décors naturels avec toute l’équipe artistique et technique vivant en refuge en pleine Vallée blanche. On peut trouver sa version restaurée en DVD.

affiche_film_thumb_thumb[2] ob_a0b859_premier-de-cordee

Frison-Roche aura parcouru en tous sens les sept vallées du Mont-Blanc, la vallée du Beaufortin comme jeune berger  puis traquant les troupes nazies en tant que résistant, tout le Sahara jusqu’à l’Afrique noire, le Grand Nord canadien, les terres polaires. Un itinéraire parfaitement conforme aux aspirations de son époque.

Certes, son discours sur l’Algérie, ses conceptions de « race » et de « civilisation  » sont parfois un peu datées mais il témoigne toujours d’un grand respect et d’une vraie admiration pour les peuples qu’il rencontre et découvre.

AVT_Roger-Frison-Roche_208 c21-02-frison-grand-nord

Rétrospectivement et en relisant ses Mémoires, je me demande pourquoi il n’a pas tenté l’aventure himalayenne comme son contemporain, maire de Chamonix et héros de « Annapurna, premier 8000 », Maurice Herzog. C’était l’époque de gloire pour les Français. Nous lui avions parlé de notre projet, escalader le Nun-Kun dans l’Himalaya indien, un sommet « vaincu » par le Français Bernard Pierre. Je ne me souviens pas qu’il ait embrayé sur le sujet… L’Asie ne le tentait pas, tout simplement. L’exploit purement sportif non plus.

c9-1-300x230Frison revint à Chamonix, là où il avait acquis encore adolescent, son indépendance et où il avait rencontré son épouse. Il se fit construire Derborence, un grand chalet familial, sur le versant du soleil et proche de l’avalanche du Brévent pour ne jamais oublier la force de la montagne. Il y mourut en 1999.

Son souvenir reste vivant dans la capitale de l’alpinisme avec une superbe voie d’escalade, un trail et une cité scolaire…

n11 logolycéerfrentouré

Et pour nous tous, ses livres qui sont l’expression d’une curiosité insatiable et d’un immense amour de l’humanité.

AVT_Roger-Frison-Roche_1327 3225_1343491316_rogerfrisonroche
XOs2qRNuMjHddKf7dndEAuLFvn4

Pour Frison, un de mes lieux favoris : la chaîne du Mont-Blanc depuis le Lac Blanc. Chamonix est en bas, avec son chalet Derborence accroché sous le Brévent, au soleil… Quelle vue!

Publicités

Trésor de Syam

Je raffole du Jura, principalement du côté français. Je garde en mémoire les grandes balades dans les hautes herbes fleuries, les lacs et les courbes verdoyantes qui reposent les yeux.

prairies album-4-118

Les-produits-du-terroir-du-Jura_landing_listEt quand vient le repos du randonneur, le boire et le manger ne déçoivent personne! Fromages de Comté, Morbier, bleu de Gex et cancoillotte ; terrible vin jaune et Château-Chalon en majesté, mais aussi cépages Trousseau, Poulsard, Pinot noir en rouge, Chardonnay et Savagnien en blanc. Et pour bien dormir, une rasade de Macvin. On se régale avec rien que du naturel!

C’est le pays des Reculées où le climat est rude, l’habitat traditionnel déjà montagnard et les églises au clocher à nul autre pareil.

95457831 arbois

Que viendrait faire ici l’art de vivre à l’italienne?

C’est pourtant le challenge relevé par le maître des forges Jean-Emmanuel Jobez (1775-1828) puis par son fils Alphonse (1813-1893) et enfin par Lazare-Hippolyte Sadi Carnot ( le fils du président de la République – 1865-1968). Ils seront aidés par l’architecte Champenois l’aîné pour construire à Syam ( au sud de Champagnole) une vraie folie!

Jean-Emmanuel Jobez est un notable libéral, franc-maçon, maîtres de forges, patron des florissantes forges de Syam ( en activité jusqu’en 2009).

Syam-forges-et-moulin-a-ble-p03dg

Mais c’est également un homme cultivé, féru de culture italienne. À partir de 1818, il va donc faire construire, un peu en retrait du site industriel, au milieu d’un parc forestier une villa palladienne.

Une villa palladienne… Oui, une villa palladienne sur le modèle de celles conçues par Andrea Palladio.

Andrea Palladio (1508-1580), architecte de la Renaissance, va construire de nombreux édifices dont les églises du San Giorgio Maggiore et du Redentore à Venise, le Teatro Olimpico, la Basilica et la loggia del Capitano à Vicence mais il reste avant tout le concepteur des fameuses villas des riches Vénitiens le long de la Brenta y créant un art de vivre dans une architecture qui va conquérir toute l’Europe de l’Angleterre à la Russie et les États-Unis jusqu’à aujourd’hui.

Son œuvre emblématique que tout le monde connaît: la villa Capra dite Rotonda aux abords de Vicence (immortalisée par le film Don Giovanni de Losey)

imagesJ4YNGDI7

Ma préférée : la Malcontenta!

1200px-Malcontenta_retouched Villa_Foscari_20070710-2

La Révolution américaine redécouvrira l’œuvre de Palladio et Thomas Jefferson se fit construire à Monticello une maison inspirée de cette architecture ; de même la bibliothèque de l’université de Virginie et même la Maison Blanche sont d’inspiration palladienne!

monticello-2 University_of_Virginia_Rotunda_in_2006

C’est ensuite la Révolution française qui s’en empare avec notamment Claude-Nicolas Ledoux et sa saline royale d’Arc-en-Senans dans le Jura justement.

imagesVO3QQJO8

Le nom de Palladio apparaît également dans les Constitutions d’Anderson (texte fondateur de la franc-maçonnerie moderne). On n’est dès lors pas étonné de l’admiration que lui porte  notre Jurassien Jobez lui-même franc-maçon et amoureux de l’Italie!

Alors, la folie, quelle est-elle? Jugez plutôt!

syam12

Syam,_site_des_Forges-la_villa_Paladienne    d00d26beab8eb1dd5a8073bba2e085327726f041

Classée aux monuments historiques depuis 1994, elle a été rachetée en 2001 par un couple de passionnés qui lui redonne une seconde jeunesse par une partie réservée à l’accueil d’hôtes et de manifestations privées, et également par un festival.

L’intérieur a été conservé en très bon état avec ses tapisseries et papiers-peints d’origine. Les actuels propriétaires tentent de reconstituer l’immense bibliothèque.

images3DF1MDZK imagesVE3J1FPO

images2X3B1SQK 5601ffab27abdb5a2cf5775337646315

palladio papier  imagesD5EXDYQN

palladio bibliothèque palladio neige2

Le jardin dessiné et planté dès 1818 a lui aussi été inscrit au pré-inventaire des jardins remarquables. Notons que les quatre façades de la villa ont été orientées selon les quatre points cardinaux et s’ouvrent sur quatre échancrures définies par le plan des plantations du parc.

Il existe quelques témoignages de l’architecture palladienne en France dont  le château de Reynerie à Toulouse, le château de Rastignac en Dordogne (que certains pensent être le modèle de la Maison Blanche), la Maison carrée d’Arlac, le château de Grandville en Loire Atlantique mais ce  château de Syam reste tout de même une originalité méditerranéenne dans le climat si rude du Jura!

Bonne visite si vous avez l’occasion de vous y rendre. Quant à moi, je vous reparlerai un jour de Palladio, une vraie passion qui m’a conduite à en faire le sujet de mon travail de fin d’études de mon cours d’italien!

timbre

Un Espagnol flamboyant

Reverte1Arturo Pérez-Reverte

Un nom découvert au gré de l’inspection nonchalante des rayons d’une librairie, mon nez de lectrice compulsive au vent en quête de nouveauté.

J’avoue humblement  à ce moment ne pas le connaître du tout, mais le sujet du livre que j’ai entre les mains m’intéresse, passion familiale oblige : la traque par une historienne de l’art urbain de Sniper, le roi des graffeurs espagnols.

Franc-tireurC’est La patience du Franc-tireur. De Madrid à Lisbonne, de Vérone à Naples, Alejandra le traque sans répit et au péril de sa  vie, ce Sniper. Le récit se transforme en thriller à la lecture ; ce n’était pas l’essentiel pour moi, mais bien  la découverte artistique et sociétale du Street-art, la vraie guérilla urbaine qu’elle engendre, suintant l’adrénaline et la rébellion. Rites et rixes à l’assaut de la ville. J’ai lu un chouette livre et j’ai appris bien des choses au fil des pages! Ce Pérez-Reverte me plaît décidément beaucoup. Premier contact réussi.

Né en 1951, licencié en Sciences politiques et en journalisme, Arturo Pérez-Reverte a travaillé longtempsArturo_Pérez-Reverte comme grand reporter et correspondant de guerre pour la télévision espagnole, sur tous les conflits de la seconde moitié du 20ème siècle. À la fin des années 90, il se reconvertit en romancier avec des succès mondiaux. Plusieurs de sa vingtaine de romans ont été portés à l’écran. Élément important pour la suite: il est membre de la Real Academia de Letras d’Espagne.

Il m’a charmée, cet homme, et j’ai donc encore bien des lectures futures pour perpétuer le plaisir. Que j’aime cette sensation de rendez-vous à venir!

Cela n’a pas tardé. Une nouvelle flânerie dans mon lieu de perdition préféré et sous mes yeux, un objet de convoitise irrésistible à la lecture du résumé-apéritif…

deux hommesDeux hommes de bien, un merveilleux roman historique mais pas que. Vous allez voir.

Comme le disent les critiques littéraires, Pérez-Reverte considère ses lecteurs comme des gens intelligents. Et nous, les lecteurs en question, on apprend, on savoure, on jubile au rythme d’une véritable saga qui exalte aussi le sentiment d’amitié.

L’Académie royale d’Espagne (à laquelle appartient aujourd’hui Reverte comme dit précédemment) demande à deux de ses membres d’aller à Paris, à la veille de la Révolution française, se procurer la première édition de l’’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Ces « Deux hommes de bien » : le bibliothécaire Hermogenes Molina et l’amiral don Pedro Zarate.

Ils vont donc entreprendre le périlleux voyage de Madrid à Paris en diligence. Les aléas et les lenteurs du voyage vont faire naître une véritable amitié entre ces deux personnages fort dissemblables : le bibliothécaire est érudit et pratiquant ; le marin, bel homme un peu désabusé et libre-penseur (je lui trouve un lien de parenté avec Corto Maltese…). La quête périlleuse de cette fameuse première édition en 28 volumes de l’Encyclopédie  va nous conduire dans un récit digne d’Alexandre Dumas avec d’ innombrables rebondissements. Et également du côté de Jean-François Parrot, avec son héros Nicolas Le Floch, pour la documentation précise de l’époque et de Paris à la fin du règne de Louis XVI.  On est immergé dans la Grande Histoire par le petit bout de la lorgnette.

Mais ce n’est pas tout.

L’auteur intervient dans le roman. Il nous explique son travail de recherche, de réflexion et d’écriture. On assiste alors à la création des éléments de l’histoire et du décor. On fouille avec lui dans les témoignages d’époque, on consulte les vieux plans de Paris, on décortique les gravures des rues… C’est semblable à la « petite cuisine » d’un réalisateur de cinéma qui part à la recherche des paysages, des lieux les plus parlants pour son film…

Bref, ce livre réussit le parfait grand écart : il nous divertit sur une époque historique foisonnante (et pas si différente de la nôtre par ses révoltes qui grondent, ses classes sociales qui s’ignorent, les riches très riches et les pauvres très pauvres, la faiblesse du pouvoir politique, la dette de l’état, le bling-bling, les agitateurs brassant dangereusement le mécontentement…)  tout en nous instruisant sur le métier de romancier. Que du plaisir intelligent!

Alors, vous vous en doutez, un seul conseil : embarquez dans la diligence de nos deux hidalgos et vivez avec eux leur rocambolesque aventure humaniste. L’Histoire prend une tout autre saveur avec ces deux hommes de bien!

Quant à moi, je continue la découverte de cet écrivain qui, décidément, me plaît!

Voir Rome…

 220035e7-2d67-4131-b5cd-dd724f8a41b1  028

Depuis le 25 avril jusqu’au 26 août se tient au musée de le Boverie à Liège l’exposition « Viva Roma! » (en partenariat avec le Louvre-Paris), développant en près de 150 tableaux la fascination qu’eurent les artistes du nord pour la Ville Éternelle.

3dc249cec86d71d58bd4ec743096aefa (1)
Corot, Le Tibre et le Château Saint-Ange

De tout temps (du 16ème siècle – Lambert Lombard avait été envoyé à Rome par le prince-évêque Érard de la Marck – à aujourd’hui), cette ville singulière émeut les artistes du Nord qui y séjournent. Certains finançaient leur voyage par leurs propres deniers (les Suisses, les Danois…), d’autres étaient accueillis à la Villa Médicis (les Français) ou par la Fondation Darchis (les Belges).
Après un long voyage parfois périlleux, ils découvraient enfin la ville dont ils avaient rêvé en feuilletant les premiers guides touristiques et les recueils de gravures. Ils y arrivaient la plupart du temps à la fin de l’automne, s’installaient et nouaient des contacts avec les autres artistes pendant l’hiver et dès le printemps partaient, cahier de croquis à la main, à l’assaut de la ville, réservant les escapades dans la campagne romaine pour les chaudes journées d’été. Ce n’était guère du tourisme car ceux qui vivaient sur leurs deniers propres devaient absolument produire et vendre pour s’autofinancer ; ceux qui étaient envoyés par des institutions avaient l’obligation de résultats probants.
Ci-dessous, Alexis-Nicolas Noël, Le col du Grand Saint-Bernard ; Charles Gleyre, Les brigands romains

10792_249_Alexis-Noel les_brigands_romains84913_0

Comme les touristes d’aujourd’hui, tous ces peintres sont immanquablement attirés par les vues et les monuments célèbres maintes fois traités par leurs aînés : le Colisée, le Forum, la pyramide Cestius… Et c’est ce qui peut décontenancer le visiteur de l’expo et quelquefois le lasser: il a l’impression de toujours voir la même chose, sans grande originalité de style, d’autant qu’il s’agit souvent de la production de jeunesse des artistes…
Ci dessous, le dieu Mercure (fresque de Raphaël à la Villa Farnesina) et sa copie par Ingres.

   040 Mu02474-10884

Pour trouver un réel intérêt à cette exposition, il ne faut pas déambuler en espérant être foudroyé par l’émotion devant un tableau. Il faut la découvrir en respectant les différentes sections proposées: « Découvrir l’Antiquité » ; « Copier la Renaissance » ; « Rome la catholique » ; « Les brigands, phénomène artistique » ; « L’obsession du Forum » ; « Le creuset de la Villa Médicis » ; « Le peuple de Rome » ; « La lumière de Rome » ; « L’excursion napolitaine ». Mieux encore: s’offrir une visite guidée, ce que nous avions fait.

Alors la visite devient une aventure passionnante.

On s’identifie à ce jeune artiste du nord qui voit son rêve enfin se réaliser : il débarque après un voyage éprouvant, grisé par la lumière, le ciel bleu et les beautés environnantes qu’il a maintes fois contemplées  sur des gravures et qui sont là, enfin bien réelles. Il doit s’intégrer à la communauté  de peintres de son pays pour y trouver soutien et émulation, il découvre des coutumes, des odeurs, des costumes, des gens bien différents de ceux qu’il a toujours connus. Il doit travailler, il n’est pas là pour le farniente. Et s’il le peut, il trace jusqu’à Naples, le Vésuve et les ruines de Pompéi. Quels chocs émotionnels!

Personnellement, j’ai eu trois coups de cœur.

Tout d’abord, les Capricci.
Sortes de « cartes postales » très prisées des touristes sur lesquelles l’artiste va rassembler différents monuments célèbres, souvent très éloignés les uns des autres dans la réalité. Le spécialiste en était Giovanni Paolo Panini (1691-1765) qui fait figurer la pyramide Cestius au milieu du forum alors qu’elle se trouve le long de la Via Appia en dehors de la ville. On y représente également des ruines imaginaires, flattant ainsi la fascination des Anglais pour ces lieux. Ici Les Découvreurs d’antiques d’ Hubert Robert (1733-1808)

giovanni-paolo-panini-a-capriccio-of-the-roman-forum,-with-the-arch-of-constantine,-the-pyramid-of-cestius-and-the 8a0b5bf904e42f0f200fdcb394ff8d79

Mon deuxième coup de cœur est Guillaume Bodinier (1795-1872)
La Paysanne de Frascati au confessionnal par le motif inversé du buste et de la jupe captive la vue tout comme les dessins préparatoires dignes d’un architecte. Je suis également restée subjuguée par la modernité d’Un Garçon sur la plage

guillaume-bodinier-un-peintre-angevin-en-italie Bodinier-MBA-Angers-Bodinier1

Guillaume_Bodinier_-_Paysanne_de_Frascati_au_confessionnal, Bodinier garçon plage

Mon troisième coup de cœur, et une totale découverte: Gilles-François Closson (1796-1842). Liégeois d’origine, il part en Italie grâce à la Fondation Darchis. Il réalise environ 600 œuvres, d’étonnant travaux préparatoires à l’huile sur papier retranscrits ensuite sur toile. Lors de la création de l’Académie des Beaux-Arts de Liège, il en devient le professeur et directeur. Il abandonne alors toute production personnelle pour se consacrer à son rôle de pédagogue. À sa mort, sa veuve lègue une grande partie de son œuvre au Musée des Beaux-Arts de Liège. Celle-ci sera conservée, vu sa fragilité au Cabinet des Estampes et aujourd’hui dans la galerie noire du Musée de la Boverie, avec une rotation des travaux exposés. Ce qui est fascinant chez cet artiste, c’est notamment l’art de la perspective. Notons que certains de ses tableaux ont été acquis par le Metropolitan Museum et le Getty Museum.

Vues du Colisée et cascades dans la campagne romaine

Gilles-François_Closson_-_Au_Colisée  Closson perspective

Closson Gilles-François_Closson00

Dans cette visite guidée, nous n’étions que des femmes et nous nous sommes étonnées qu’elles ne soient représentées, dans cette exposition, que par Louise Sarazin de Belmont . La réalité est que pour pouvoir profiter d’une bourse de l’État français à la Villa Médicis ou de la Fondation Darchis, il fallait sortir d’un établissement d’enseignement, lieu alors interdit aux femmes. Les seules à avoir pu découvrir l’Italie en tant qu’artistes étaient celles qui accompagnaient leur mari…
De même on peut s’étonner de l’absence de sculptures. Quelques copies en plâtre venant de Bruxelles agrémentent la scénographie, d’ailleurs très sobre mais très réussie.

045 049

037 B9715505909Z.1_20180424181111_000+GLKB5P3U5.1-0

Pour le côté pratique…
Prévoyez une petite laine car il fait très froid dans les salles. Ensuite n’espérez pas pouvoir faire des photos, c’est interdit. Je me suis fait copieusement rabrouer (à la limite de la politesse) par un garde tout imbu de l’autorité que lui conférait sa chemise d’uniforme… J’aurais dû voir le petit pictogramme situé à la droite du pupitre marquant l’entrée de l’expo. Faisant partie d’un groupe, sans doute quelqu’un me l’a-t-il caché. Mesure très bizarre quand on pense qu’à Orsay, à l’Orangerie, au Louvre-Lens, au musée de Lille, au musée du Cinquantenaire pour ne citer que les musées que j’ai visités récemment, il est tout à fait autorisé de faire des photos sans flash.
Ceci est d’autant plus frustrant qu’il n’existe pas de cartes postales des œuvres présentées. Il y a bien un catalogue, véritable livre d’art, mais qui coûte 34€ et une petite brochure sur la Fondation Darchis à 5€. On peut aussi acheter l’affiche… La charmante demoiselle qui tient la superbe librairie du musée nous a expliqué qu’il n’y avait pas d’équivalent belge aux revues « Connaissance des arts », Beaux-Arts » etc… présentant pour un prix modique un résumé fort bien fait et les reproductions des œuvres maîtresses de l’expo. Certes, mais pourquoi alors ne pas permettre au visiteur d’emporter ses propres souvenirs? Il y a pléthore de gardes dans cette expo qui passent leur temps à pianoter sur leur Smartphone. Ils pourraient avantageusement surveiller afin que les visiteurs n’utilisent pas de flash, non? J’ai fait part de cette remarque sur la page Facebook du musée. On m’a gentiment répondu ce matin qu’on transmettait…

220px-Léon_Cogniet_self-portrait_1818

Pour finir sur une note plus agréable, nous sommes tombées en pâmoison devant ce beau romantique ténébreux… Sur Internet, il est répertorié comme un auto-portrait de Léon Cogniet. À l’expo, il est présenté comme le portait d’Achille Etna Michallon par Léon Cogniet
Et comme nous avions un peu froid, nous nous sommes réchauffées devant L’Éruption du Vésuve de Volayre (dans la section « excursion napolitaine »).

 

VOLAIRE_Eruption_vesuve_nuit_WP

 

Note du 28 mai 2018: Une amie de Facebook me fait savoir que depuis ce week-end, les photos sont autorisées… Bravo! 

Nouveau départ

Bonjour à tous! Proximus ayant décidé de fermer fin de ce mois sa plate-forme Skynetblogs, il m’a fallu migrer vers d’autres cieux. J’espère pouvoir importer le contenu de mon précédent blog ici. Mais pour l’instant, je suis dans une impasse, j’attends de l’aide.

Qu’importe, je tente de dompter mon nouvel outil pour très rapidement pouvoir vous proposer quelques posts sympas et surtout en discuter avec vous.

Bon vent donc à nous tous !

DSCN0063

Liège et son tsar

Des travaux à la place Saint-Lambert (!) m’ont obligée il y a quelques jours à rejoindre le centre de Liège à pied et m’ont permis de faire ainsi une étonnante découverte. Une grande statue trônait là où je n’en avais jamais vu aucune et l’identité du personnage représenté me laissa pantoise : Pierre le Grand.

P1110865.JPG

Pierre le Grand? Le Tsar de toutes les Russies? Le fondateur de Saint-Pétersbourg? À  Liège il y a 300 ans?

Le célèbre « Oufti! »  s’imposa à mon esprit titillé de curiosité et déclencha une furieuse envie d’en savoir plus.

Voyons donc!

Dans le souci de moderniser son empire, Pierre le Grand entreprit deux immenses voyages en Europe occidentale.

Le premier, en 1697, lui fit découvrir notamment la France (où il fut snobé par Louis XIV, le considérant à la tête d’un pays d’arriérés de peu d’intérêt) et la Hollande où il s’intéressa à la construction navale.  Il dut l’écourter, une révolte s’étant déclenchée en Russie.

Il revint en 1717. Ce périple le mena cette fois dans toute l’Europe. En France, il est accueilli par Louis XV enfant à Versailles et Marly, dont il découvre l’architecture et la fameuse machine de Rennequin Sualem. Il s’en inspirera pour son palais de Peterhof. Les riches Provinces-Unies l’intéressent ; pour les rejoindre, il descend donc la Meuse et arrive à Liège le 27 juin. Il est fêté au Palais des Princes-Évêques où il dîne puis part souper place Verte en admirant un feu d’artifice.

Pierre le  Grand a beau être une force de la nature (il mesure plus de 2 m), la fatigue et les excès en tous genres lui causent des problèmes gastriques et biliaires. Son médecin lui conseille alors de partir prendre les eaux à Spa.

Les bienfaits des eaux de Spa sont connus depuis l’antiquité et Pline le Jeune. Mais c’est la venue du tsar qui va déclencher la réputation mondiale de la ville et sa prospérité en tant que station thermale. Et ce, jusqu’à nos jours, puisque sa dénomination est devenue, sous l’influence des Anglais, un nom commun.

En 1717, il n’est pas encore question de se baigner. On ne fait que boire l’eau ferrugineuse soit au Pouhon, soit à la source de la Géronstère. Toujours excessif, Pierre le Grand y boit souvent plus de 20 verres et redescend ensuite à pied au centre-ville. Il y reste un bon mois, randonnant, festoyant, faisant connaissance avec la population et s’intéressant à l’artisanat local.  Le tsar se promène toujours avec en mains, un petit carnet dans lequel il note tout ce qui lui semble digne d’intérêt… Le traitement lui fait recouvrer la santé, une plaque qu’il fait graver en atteste. Spa lui en sait gré à jamais : le Pouhon, la place attenante et la promenade vers la Géronstère portent désormais son nom.

place.jpgPouhon1.jpg

ANX-13-0009KL.jpg

spa1032.jpg

Spa_So1dJPG.jpg

MONU%20-%20Buste%20Pierre%20le%20Grand%20et%20source.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après le séjour bénéfique du tsar de toutes les Russies, Spa devint donc à la mode. On se presse du monde entier pour venir y prendre les eaux, puis y faire des cures thermales. Le chemin de fer accroît la fréquentation ; on y fait construire de superbes hôtels, un casino, des villas modernes… Une vie mondaine se développe.

Affiche-Bains.jpg

pa090201001b.jpg

Spa1.png

 

 

 

 

On peut voir sur les murs du Pouhon le fameux Livre d’or d’Antoine Fontaine, un tableau de presque 100 mètres de long dans lequel cohabitent de façon anachronique 92 illustres visiteurs.

livredor.jpg

Notons, pour être complet, que pour fêter dignement le tricentenaire de la fameuse visite, le Pouhon a bénéficié d’une très belle rénovation, transformant notamment le grand jardin d’hiver en un superbe espace culturel. Le classement au patrimoine de l’Unesco est attendu.

Pouhon arrière.jpg

    SPA_Pouhon_Pierre-le-Grand_(4).jpg

D’autres infos bien intéressantes ici:

http://www.villedespa.be/ma-ville/services-communaux/cadre-de-vie/travaux/brochurepouhon-ppl-basdef.pdf

BIBL-PH-BLOG-BB-Pierre%20Le%20Grand%20en%20visite%20à%20Brux-Compo-03.png

Revenons à Liège qui voulait, elle aussi, commémorer ce fameux tricentenaire de la traversée de la Principauté et le bref séjour dans sa capitale de l’illustre personnage.

1-1200-800-nc.jpgOn festoya donc comme on sait le faire à Liège et puis on érigea en juin dernier la sculpture de l’artiste Alexandre Taratynov, haute de 2 mètres 40 en présence des trois ambassadeurs russes en Belgique ainsi que du descendant direct de l’empereur le Grand-Duc Georges Romanoff et de la Comtesse Marina Tolstoy.

Mais où, me demanderez-vous, où?

À l’emplacement des anciens degrés Saint-Pierre devenus aujourd’hui la rue Saint-Pierre, en face du Palais des Princes-Évêques, à l’entrée de la passerelle de la Principauté de Liège et à deux doigts de la maison natale de César Franck (tous lieux symboliques!) Voyez plutôt. Elle est là sur la droite…

P1110860.JPG

P1110863a.jpg

 

 

 

 

 

 Avançons-nous, la voici de plus près!

P1110870.JPG

P1110848.JPG

 P1110868.JPGP1110849.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Événement certes anecdotique mais qui permit à Spa de conquérir à jamais sa notoriété, et à Liège et sa Principauté d’être traversée et d’avoir accueilli un souverain en quête de modernité.

Et puis, une nouvelle statue à Liège, ce n’est pas si fréquent!

1280e10959d05df378b400253f97c1d2.jpg

Vodka à la rose

38038261.jpgC’est un petit village côtier du pays de Caux. Traversé par le plus court fleuve de France (1100m) qui lui assura une certaine prospérité grâce aux moulins à huile de colza : Veules-les-Roses.

b68b61f23ade1867c3d4caa710101876.jpg fleuve (2).png

 

 

Avec le chemin de fer depuis Paris et la découverte des plaisirs marins, le village se transforme après 1850 en station balnéaire à la mode, d’autant que Victor Hugo et ses amis de théâtre s’en sont entiché. Le grand homme se fait même bienfaiteur auprès des enfants.

19674.jpg

Hugo1.jpg

 

04112013_veules_6_bussi-3445769.jpg

 

 

 

 

Veules-les-Roses succombe alors à la « Hugomania ». Il y a notamment la promenade, la villa, un grand monument portant son nom. Aujourd’hui, Michel Bussi situe la première nouvelle de son recueil « T’en souviens-tu, mon Anaïs? » dans ce vrai déferlement.

Reconnu parmi « Les plus beaux villages de France », Veules-les-Roses sait mettre en avant tous ses charmes : la plage, les falaises, les fleurs omniprésentes et des canaux qui la font surnommer « la Venise de Normandie »…

 10831.jpga57854493377ac188fe6e6b1026f4db3.jpg

veules-les-roses-2a.jpg4468376.jpg

 

 

 

 

 

 

Mais Veules-les-Roses a connu une autre grande aventure au XIXème siècle, redécouverte il y a peu : les Russes y débarquèrent. Peintres Ambulants et Académiques s’y retrouvèrent pour une double aventure picturale proche du mouvement impressionniste.

Qui sont-ils?

Les Indépendants Russes Ambulants

Rappelons-nous qu’en France aux alentours des années 1860, le mouvement des peintres impressionnistes avait eu bien du mal à percer en marge du Salon officiel. Il avait fallu le coup de pouce de Napoléon III lui-même pour créer le fameux Salon des Refusés où exposèrent notamment en 1863 Pissarro, Manet, Fantin-Latour, Jonkind puis en 1864, Monet, Renoir Bazille, Sisley…

Exactement à la même époque en Russie, le peintre Nicolaï Lanskoï et treize de ses camarades avaient refusé de traiter le sujet du concours final de l’Académie de Saint-Pétersbourg qu’ils jugeaient trop académique. Ils renonçaient ainsi à la possibilité du prix et de commandes officielles. Pour assurer leur indépendance économique et leur promotion, ces peintres fondent l’Artel, société coopérative des peintres indépendants. Leurs œuvres sont bien accueillies par la société russe, notamment par le riche marchand collectionneur Trétiakov, et la plupart connaîtront alors la réussite économique et sociale.

Les Indépendants Russes partagent avec leurs camarades français le désir de faire sortir la peinture de l’académisme et de l’atelier pour cueillir en plein air, sur de petits formats, le motif vrai, vivant et naturel ; ce que permettent les nouvelles peintures à l’huile, ainsi que le développement des chemins de fer. Ils reviendront progressivement à des valeurs proprement russes, plutôt qu’occidentales.

Pour diffuser leur production, ils fondent une Société des Expositions Itinérantes, ou Ambulantes, dont la vocation est d’organiser une rétrospective de leur production annuelle, qui tourne dans les principales villes de l’Empire de Russie. Cette organisation se maintiendra jusqu’après la révolution bolchevique, et concernera des millions de visiteurs au total. Les peintres prendront alors le nom d’Ambulants ou Itinérants.

Les Russes académiques

De leur côté, les Peintres Académiques qui suivaient les études supérieures de l’académie de Saint-Pétersbourg pouvaient, s’ils remportaient un premier prix et une grande médaille d’or (six par an), utiliser une bourse d’étude pour 5 ans de perfectionnement à l’étranger. Ils se rendaient le plus souvent à Rome.  À partir des années 1860, ils choisirent plutôt Paris devenue Ville Lumière et siège d’une grande communauté russe.

En 1868, Eugène Isabey, de l’École de Barbizon et spécialiste de marines, conseille à ses étudiants russes d’aller passer leurs vacances d’été au bord de la mer, en Normandie. Plus précisément dans une petite station devenue la coqueluche des artistes dramatiques parisiens dont Victor Hugo: Veules-les- Roses…

Le premier à s’y rendre est Bogolioubov. Enthousiaste, il  entraîne quatre de ses camarades.

Ce sera le début d’une véritable école russe de plein-air où vont se retrouver peintres Académiques et Ambulants : Polenov, Harlamov, Savitski, Goun, Repine, Levitan … tous venus travailler en Normandie jusqu’en 1914.

Quelques peintres et leurs chefs-d’oeuvre normands

Alexis Bogolioubov (1824-1896)

bogoliubov-veules.jpgIl est le premier à découvrir Veules en 1857, il est enthousiasmé, et la Normandie devient sa région préférée. En 1870 il fonde et devient président de l’association d’entraide et de bienfaisance des jeunes peintres boursiers russes.  A partir de 1874, il conduit ses propres protégés à Veules, c’est ainsi qu’une quinzaine de jeunes peintres partirent découvrir la méthode privilégiant le plein air, la nature et les scènes de la vie quotidienne.

Bogoliubov1.jpg  bogoliubov_clair.jpg

 

 

image_75088245.jpg

 

 

 

 

 

 

Vassili Polenov (1844-1927)

1cdb9d554b1b1a14c3ae1b72ccd71816.jpgSa carrière est fortement influencée par le séjour organisé par Bogolioubov. Se croyant d’abord peintre d’histoire, il découvre à Veules sa vraie vocation de peintre de paysages.

 Polenov, la vieille porte de Veules.jpg

 

fcf42a7c-99df-46d1-bdc8-ff74adc5884e_l.jpg polenov_maree.jpg

 

 

 

 

Ilya Repine (1844-1930)

Excellent dans tous les genres, Répine déclare dans sa correspondance avoir reçu à Veules en 1874 « sa troisième leçon de peinture » après l’Ukraine et la Volga…

59de261d71c415d6e9554cafcf944e99.jpg

Repin,le moulin.jpg

 qZvBstWVqmDFedoIzrWgBAVP6Zs.jpg

Alexis Kharlamov (1842-1925)

Portraitiste de formation, Kharlamov possédera une résidence secondaire à Veules, la Sauvagère. La commune de Veules détient un original de sa main, exposé salle des mariages : Chaumière dans la cavée du Renard, à Veules.

 TABLEAU-HARLAMOFF.jpg Harmalov.jpg

 

 

 

 

Toutes les oeuvres de cette époque furent ensuite dispersées en Russie. Et c’est au hasard de voyages individuels que certains de ces tableaux ont été redécouverts. Tout un travail de recherche est alors initié pour les localiser, les inventorier. Depuis quelques années, des livres et des expositions cherchent à reconstituer cette étonnante aventure.

511GZZnIb2L._SX329_BO1,204,203,200_.jpg

 imagesQK7VP8BN.jpg

peintres-russes.jpg

russes1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

À feuilleter sans attendre pour découvrir bien d’autres tableaux!

 http://statics.pointdevues.com/flipbook/russes/index.html

Étonnant!

Si les Russes s’installèrent à Veules-les-Roses, à Giverny Monet fut entouré par des peintres impressionnistes américains dont certains s’installèrent définitivement et formèrent une colonie à l’inspiration très originale basée sur la vie quotidienne et la place de la femme. L’aventure s’acheva également avec la Première Guerre mondiale.

Pour en revenir à Veules-les-Roses dans une époque plus proche de nous :

prisonniers-veules.gifEn 1940, malgré l’absence de port, Veules vit s’embarquer 3000 soldats britanniques et français qui avaient résisté à l’invasion de la France par les Allemands. Beaucoup ne durent leur salut qu’en descendant les falaises d’amont avec des moyens de fortune. En suivit une bataille sanglante, son front de mer fut détruit ainsi que son casino et ses villas (35 maisons sont anéanties le même jour). La « Kommandantur » s’installa à Veules pendant quatre ans, pillant et saccageant d’autres maisons.

 Aujourd’hui, juste l’envie de les découvrir, elle et son riche passé!

1400-300.rcr=1.jpg